Vercors Music Festival
Le billet de Cécile Une

Découverte : Le Vercors Music Festival

C’est une question toute bête du quotidien qui m’a donné envie de vous parler d’un festival que j’ai découvert cette année. « T’as fait quoi lundi soir ? » Euh…. je ne sais jamais quoi répondre. Franchement, c’est le jour qui ne sert à rien mais qui nous enquiquine quand même bien. Bref le lundi c’est nul ! Pourtant aujourd’hui j’ai répondu du tac au tac « lundi soir j’étais dans le Vercors ». Mine interloquée de mon amie qui me regarde l’air de dire « et tu vas me dire que tu as fait du ski un 10 juillet peut être ? »
Et bien non madame, j’étais au Vercors Music Festival d’Autrans en Isère. Pour ceux qui ne connaissent pas, ce festival de musique, plus tout à fait confidentiel, en est déjà à sa 3èmeédition et vient de se clôturer (du 7 au 11 juillet).

Le Vercors est connu pour sa nature foisonnante, son massif montagneux et ses sports d’hiver. En gros le Vercors c’est le Parc Naturel, le ski et la rando. Mais pour Jean-Philippe Bruttmann, en charge de la programmation du festival il y avait aussi une vraie envie de créer un événement culturel et artistique qui se déroulerait en été. Avec pareil environnement, avouons que le décor était déjà planté !

Un départ en fanfare

C’est ainsi que l’association Vercors en Scènes a donné corps au Vercors Music Festival. Dès le début,  le festival reçoit le soutien de SPEDIDAM et se retrouve propulsé dans le réseau labellisé qui compte 15 festivals en France (Albertville Jazz Festival, les Nuits Courtes etc). La première édition a conquis 5000 curieux. La deuxième, en 2016, a bénéficié d’un bouche à oreille efficace avec 11500 entrées.

Pour cette année, les chiffres de fréquentation viennent de tomber et c’est de nouveau un carton plein : 15 000 spectateurs ! Toujours plus d’adeptes donc mais également plus d’espaces pour festoyer car le village s’est agrandi. Et comme on est dans le « toujours plus », la durée du festival s’est également allongée de 4 à 5 jours pour permettre la tenue de 30 concerts et la venue de 116 artistes qui ont défilé tour à tour sur la scène de la terrasse (gratuite) et sous le chapiteau en soirée (payant).

Il y a également une vie autour du festival, puisqu’ici musique et nature s’imbriquent complètement et grâce au « Vercors Summer Camp », inauguré cette année, les festivaliers ont pu profiter des nombreux atouts du Vercors : randonnées sonores, initiation à l’escalade ou slakline (mais si vous connaissez, c’est du funanbulisme en milieu naturel mais sans le cirque et avec une sangle tendue entre deux falaises. Vertige garanti !).

Une guitare, une idée, un concept est né !

L’ambition grandie mais les valeurs demeurent car fédérer autour de la musique, est le leitmotiv de Jean-Philippe Bruttmann charismatique guitariste flamenco de son état. Vous vous dites peut-être « mais c’est un festival de quoi ? Du rock, du jazz, du lyrique ? ». Musilac ou les Eurokéennes on le sait, c’est pop-rock, Hellfest c’est du hard-métal, l’Electrobeach, comme son nom l’indique, met à l’honneur les musiques électroniques…Donc logiquement on devrait se dépêcher de ranger le Vercors Music Festival dans une petite case bien définie. C’est sans compter Jean-Philippe Bruttmann qui ne s’est pas encombré de telles considérations pour « genrer » son festival.

Il a préféré partir d’un constat simple : la musique est sans frontière. Il a centré sa réflexion autour d’un objet : la guitare (oui bon ce n’est pas comme si c’était son instrument de prédilection). Bref, nous disions donc, la guitare est l’instrument qui permet de faire du rock, du jazz, du flamenco, du blues, de la pop et tant d’autres choses encore. En bref, on retrouve une gratte dans tous les styles musicaux et toutes les langues du monde. Partant de ce postulat-là, vous l’aurez compris, le Vercors Music Festival peut donc se permettre une grande liberté de programmation.

Une programmation éclectique de qualité

Une liberté certes mais la programmation variée n’en est pas moins exigeante. En 2017, les premiers noms ont fusé assez rapidement : Chinese Man, Tryo, Camille, Catherine Ringer, Matmatah, Morcheeba. Des têtes d’affiches qui se sont succédées pendant 5 jours pour conquérir le cœur du public, enflammer la scène et  faire résonner la musique entre les roches du Vercors.
Et bien sûr comme tout bon festival, une large place est laissée aux étoiles montantes et aux découvertes de la scène musicale française : les Yeux d’la Tête, Barbagallo, The Pirouettes ou encore Leïla Huissoud.

Pari réussi pour le Vercors Music Festival qui vient seulement de souffler sa troisième bougie mais s’impose déjà comme un événement culturel incontournable en Rhône-Alpes. Il est même déjà temps d’organiser l’édition 2018… Seule info connue à ce jour, il se déroulera du 6 au 10 juillet !

Au final je ne vous ai pas vraiment raconté mon lundi, c’est vrai mais j’y reviendrai. Il y a plus de 2000 festivals en France, le Vercors en a désormais un, bien ancré dans le paysage (c’est le cas de le dire) et ça méritait bien de s’arrêter quelques lignes dessus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *