Critique Une

Retour aux sources pour Indochine

Après quatre ans d’attente, Indochine est de retour avec son treizième album. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la bande à Sirkis n’est pas superstitieuse puisqu’elle a sobrement intitulé cet opus, composé de treize chansons, «13 ». Voyons un peu ce que cette galette nous réserve.

A la première écoute, le dernier né d’Indochine peut surprendre avec ce son oscillant entre la new wave des années 80 et la musique électro actuelle. Il est loin le côté rock et sombre des Black City Parade, Alice and June ou encore Paradize. Il en découle des titres qui sentent l’optimisme, même si tout n’est pas rose dans les textes de Nicola Sirkis. Mort, oppression et quête d’évasion en vue d’émancipation traversent les treize titres de l’album. Il résulte donc un contraste assez saisissant entre mélodie et texte.

Les thèmes chers au groupe sont bien présents : les amours impossibles, l’homosexualité, la politique, la violence, le tout, bien entendu, saupoudré d’actualité : attentats avec «Kimono dans l’ambulance», Donald Trump avec «Trump le Monde», uniquement disponible sur l’édition limitée. Nicola Sirkis rend également hommage au féminisme avec le très remuant «Suffragettes BB».

Un album homogène et taillé pour la scène

La surprise de la première écoute passée, les mélodies et les textes font mouche, comme c’est souvent le cas avec les chansons d’Indochine. «13» marque également le retour gagnant des collaborations qui avaient marqué le retour au devant de la scène en 2002 avec Paradize : Mickaël Furnon (Mickey 3D) signe le premier single, «La Vie est Belle» tandis que Jean-Louis Murat est au commande de l’envoûtant «Karma Girls». Indochine a également travaillé avec Kiddy Smile sur «TomBoy 1» et Asia Argento sur les très poétique «Gloria» ou encore sur le déjà très controversé clip de «La Vie est Belle».

Au final, on se trouve face à un album très homogène, très complet qui réalise, en quelque sorte, la synthèse musicale des 36 années d’existence du groupe. «13» renferme quelques pépites comme «Station 13», «Kimono dans l’Ambulance», «Suffragettes BB» ou encore «Un été français». Des titres qui ne manqueront pas d’émerveiller le public lors de la tournée qui débutera le 10 février 2018 au Millésium d’Epernay et se terminera le 25 mai au Galaxie d’Amnéville en passant par la Halle Tony Garnier de Lyon le 21 février et le Palais 12 de Bruxelles les 17 et 18 mars.

Retrouvez les dates des concerts d’Indochine en Auvergne Rhône Alpes.

One thought on “Retour aux sources pour Indochine”

  1. J’adore Indochine ! Toujours avec des rythmes énergiques et les sonorités qu’ils proposent ! Je vous conseille de réserver vos billets pour la tournée « 13 TOUR » qui sont actuellement disponibles sur le site Ticketmaster. Il ne faut oublier que leurs concerts restent d’incroyables moments de communion avec leur public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *